L’assertivité ou comment mettre les techniques de management au service de la drague

L’assertivité ou comment mettre les techniques de management au service de la drague

Débarassez vous de votre côté needy et devenez séduisant
Technique De Drague – La Magie Du Regard
Bonjour Coach #2 – Plusieurs questions et réponses sur la drague

Comme elles sont loin les années 80/90 avec comme modèle absolu le jeune-loup-aux-dents-longues arrogant, agressif et dominant, le golden boy haleine fraîche et dents blanches prêt à écraser tout ce qui se trouve sur son passage. Aujourd’hui, le patron doit être à l’écoute de son équipe, force de proposition positive et bienveillante, en un mot : assertif. Oui, assertif. Si vous êtes loin des écoles qui forment les directeurs et autres responsables d’entreprises, vous n’avez peut-être jamais entendu parler de l’assertivité est la notion est à la mode et vous n’entendrez parler que d’elle dans les manuels de management. Comment la définir ? En un mot, elle peut se définir par la « force tranquille » qui connut jadis son heure de gloire dans le champ politique français. Mais on la reconnaît tout autant par les trois « tion » qu’elle exclut : domination, soumission et manipulation. C’est une force d’énergie simple et tranquille, tendue vers son but mais pas indifférente aux chemins qu’elle emprunte. Elle veut vaincre et convaincre mais pas à tout prix et notamment pas au prix de la détérioration des relations humaines avec ses partenaires et subordonnées. Elle ne privilégie pas le court terme et le profit immédiat aux perspectives de plus longue haleine. Du coup, elle engage une relation de confiance et de respect qui sont autant de chausse-trappes évitées dans la poursuite des relations interpersonnelles. Et franchement, s’il y a relation interpersonnelle au boulot, imaginez combien tout cela nous concerne, nous, dragueurs en herbe ! La drague et la séduction ne sont-ils pas le champ de la relation interpersonnelle par excellence ?

Ce long préliminaire passé (ne négligezJAMAIS les longs préliminaires, votre partenaire vous en saura gré !), il est temps de nous demander en quoi l’assertivité peut nous aider dans notre difficile quête de séduction. Et bien parce qu’elle est tout simplement efficace. Parce qu’elle fonctionne ! Après avoir longuement essayé et observé, une chose est sûre : à l’usage, le dragueur assertif est celui qui obtient les meilleurs résultats au pied du mur de la drague. Pour tout un tas de bonnes raisons :
•    parce qu’il est à mi-chemin de deux extrêmes à éviter : le trop timide et le trop empressé. Dévorer votre cible des yeux toute une soirée sans oser engager la conversation ou la faire se sentir comme une pièce de viande devant un tigre affamé ne sont pas les meilleurs moyens d’arriver à votre but, loin de là ! Etre positif, assumer être en situation de séduire et d’être séduit mais sans chercher l’efficacité sont le meilleur moyen de l’atteindre, aussi paradoxal cela puisse-t-il paraître ;
•    parce qu’il se propose sans chercher à imposer. Une femme ne s’offre que par un choix librement consenti, pas en réponse à la pression. Combien de fois avons-nous entendu « oh, laisse tomber, t’es lourd… » ? Dans ces cas-là, croyez-moi, c’est mal parti et il va falloir souquer ferme pour redresser la barque !
•    parce qu’il séduit sans agresser, et que nous avons tous une résistance instinctive à l’agression, votre cible aussi ;
•    parce qu’il se présente tel qu’il est sans essayer de se travestir en ce qu’il pense que sa cible aimerait qu’il soit (la phrase est compliquée, mais relisez-la, elle fait sens !). Et nous avons tous une résistance instinctive aux tentatives de manipulation, nos cibles de drague aussi. Dans ces deux derniers cas, cette résistance instinctive nous pousse à rejeter d’un bloc, même si on ne sait pas trop pourquoi ;
•    parce qu’il apparaît détendu, bien dans sa peau et à l’écoute de la demoiselle qu’il convoite. Il le paraît parce qu’il l’est, tout simplement. Se mettre ou s’accepter dans cet état d’esprit-là nous rend disponible à elle, ce qui a toutes les chances de la rendre disponible à nous en retour. En d’autres termes, se laisser séduire, accepter d’être attiré par une femme sans chercher ni à masquer ni à accentuer le trait et agir à partir de cette disponibilité est le meilleur moyen d’intéresser notre partenaire.

Tout ça vous amène naturellement à lui dire que vous la trouvez belle, que vous voulez faire sa connaissance, que vous avez envie de lui parler, qu’elle vous intrigue… peu importe les mots que vous trouverez, c’est la sincérité de votre démarche qui transparaitra et qui fera qu’elle sera acceptée, ou pas. A condition d’être au plus près de ses ressentis et d’éviter absolument de dissimuler, agresser ou manipuler. Et là, nous retrouvons nos trois « tion » à proscrire décrits ci-dessus :
•    la domination/agressivité : « dis-moi oui ou ça se passera mal pour toi » ;
•    la soumission/faiblesse : « dis-moi oui où ça se passera mal pour moi » ;
•    la manipulation/ruse.

Dans tous les cas, même si le stratagème semble marcher à court terme, votre cible n’aura à terme qu’une attitude possible : la fuite. Et franchement, que feriez-vous à sa place, face à quelqu’un qui finit par vous apparaitre au choix comme une brute, un être pathétiquement en mal d’affection, un salaud manipulateur ? Tandis qu’un homme qui n’hésite pas à déclarer sa flamme, tranquillement, NE PEUT PAS se prendre une baffe dans la gueule et pourquoi en mériterait-il une ? Le refus poli est une option possible, et après ? Vous aurez essayé, mais de la meilleure manière possible, vous pouvez en être certain. Au pire, si ça ne colle pas -et c’est toujours possible, pour mille raisons qui vous sont éventuellement étrangères comme un amour naissant et/ou fidèle- votre cible infructueuse vous gratifiera d’un sourire reconnaissant de s’être vue belle un instant dans vos yeux. Et vous gardez un bon point dans son esprit, ce qui pourra resservir à l’occasion, par exemple – on n’est pas des saints, même s’il ne faut pas souhaiter le malheur de ses concurrents… – en cas de rupture d’avec son actuel amour. Gagner aujourd’hui une place en pole position pour la compétition de demain, c’est déjà quelque chose, non ? En attendant, vous serez bon pour quelques regrets et la nostalgie d’un possible pas encore atteint. Voire pour la piqûre d’amour-propre du conquérant qui n’a pas atteint (pour l’instant) son but. Mais ça, franchement, comment l’éviter ?

Rejoingnez ma populaire newsletter « Comment Draguer Les Filles »

Vous receverez gratuitement des conseils utiles et pratiques. Inscrivez votre prénom et email pour les recevoir.

Commentaires

WORDPRESS: 2
  • comment-avatar
    Mike 3 années

    Entièrement d’accord avec cet article !
    Mais je pense que de manière plus générale dans la séduction, le fin mot c’est l’équilibre.
    Savoir jauger entre être dominant et être à l’écoute …
    Savoir jauger entre être réactif ou non réactif …
    Montrer que la fille nous plait, et lui montrer en même temps qu’on peut vivre sans elle …
    Faire des compliments, ou la challenger …
    Et cet équilibre est vraiment instable : la bonne formule est impossible à identifier. Ce qui impose une remise en question régulière. Et là encore, à nouveau intervient la notion d’équilibre … Comment se remettre en question, tout en s’assumant à 100% ?

    Après c’est cette difficulté aussi qui fait le charme de la séduction.
    Si c’était facile, il n’y aurait plus d’intérêt.

    En tout cas joli article 😉

  • comment-avatar
    Nasser Ayadi 3 années

    Belle philosophie des rapports humains. J’adhère à cent pour cent.
    Et puis cette facon de voir les rapports aux femmes embellit la vision qu’ont les gens du séducteur-dragueur.
    Donc, merci

    Bonne continuation